Troarn, Basseneville et Bures


Dobro - Le raid du Major Rosewaere
Dobro - Le raid du Major Rosewaere

La prise de Troan faisait partie des objectifs du jour J fixés par le Général Montgomery. Le secteur était confié au 8ème bataillon anglais et à des Canadiens. Après une dispersion des parachutistes dans les marais de la Dives, un raid mené par le Major Rosewaere a permis de faire sauter le pont de Troarn. Toutefois les difficultés liées à la situation géographique et la résistance des allemands n’ont pas permis de tenir cet objectif. Une guerre de position s'en suit et les Allemands font évacuer la population le 6 juillet.

Les alliés ont ensuite tenté d’anéantir les chars allemands lors de l’opération Goodwood le 18 juillet.  Finalement, la libération du canton n’a été rendue possible que le 17 Août par la retraite des allemands après les combats qui ont eu lieu dans la basse vallée de la Dives et la percée de la   «Poche de Falaise ». 

 

 


Troarn

Télécharger
Journal de Fernande James
Au jour le jour, des notes sur l'arrivée des premiers parachutistes anglais, les bombardements intensifs fin juin et l'évacuation avec ses nombreuse étapes début juillet
TROARN 1944 JOURNAL F. JAMES.pdf
Document Adobe Acrobat 138.1 KB
Télécharger
Carnet Blondel
Le carnet de notes prises au jour le jour est photographié et repris tel quel dans ce document.
carnet+Blondel.pdf
Document Adobe Acrobat 3.9 MB
Télécharger
Audition de Gilbert Paysant
Dans cette retranscription d'un enregistrement Gilbert Paysant retrace ce qu'il a vécu à l'arrivée des alliés à Troarn, "on y voyait comme en plein jour", il a accompagné les anglais vers la gare,... Evacué en juillet près de Gaillon dans l'Eure, il assiste au départ des derniers allemands qui tentent de traverser la Seine.
Audition Gilbert PAYSANT 2011.pdf
Document Adobe Acrobat 90.8 KB


Basseneville

Le 6 juin 1944, nous avons été libérés par les parachutistes canadiens à 3 heures du matin et le même jour les allemands sont revenus à 10 heures et nous sommes restés avec les allemands. Le matin du débarquement, il y avait 11 morts dans la commune par les bombardements. Il y avait souvent des bombardements de jour et de nuit, par la marine et l’aviation. Une fois, on a eu un bombardement à Brucourt, quand les bombes ont commencé à tomber, on s’est couchés à plat ventre et quand on s’est relevés dans le champ toutes les vaches étaient éventrées. Un jour encore, lors d’un bombardement, j’ai senti comme une piqûre de guêpe, c’était un éclat en bout de course qui s’était mis dans le genou. Il a été enlevé avec un couteau et comme désinfectant on a utilisé du calvados. 

Télécharger
Témoignage de Michel Piel
"Je suis un enfant de la guerre ..."
Michel Piel - Basseneville.pdf
Document Adobe Acrobat 72.1 KB
Dessin de Michel Piel pour le livre de Claude Doktor
Dessin de Michel Piel pour le livre de Claude Doktor


Bures

Télécharger
Récit de Clifford Sadler
Clifford Sadler a participé à la destruction des ponts de Saint-Samson et de Bures le 6 juin 1944
« La Normandie, c’est un peu ma Patrie, j’ai nourri sa terre du sang qui s’est écoulé de ma jambe blessée »
Clifford Sadler.pdf
Document Adobe Acrobat 455.4 KB


Des rues de Troarn et du Mesnil de Bures portent le nom de résistants

Paul Quellec
Paul Quellec

Place Paul Quellec à Troarn

 Paul Quellec, gendarme à la Brigade de Troarn se livrait à des activités de résistant à l’insu de la plupart de ses collègues et de son chef. Le docteur Martin le décrit comme étant très allant, d’un dynamisme, d’une témérité et d’un patriotisme extraordinaire.

Traversant les lignes pour renseigner les armées alliées sur la position, l’armement et les effectifs de l’ennemi, il fut sur le point d’être pris à plusieurs reprises. Le 28 juillet 1944, il quitta Janville où il était réfugié, pour aller aviser les Anglais que les tirs faits sur cette commune étaient inutiles puisque l’ennemi ne s’y trouvait pas. Les tirs cessèrent, mais Paul Quellec ne revint pas de cette mission.

Son corps est découvert le 12 mars 1945, entre Saint-Pair et Janville. Il avait été abattu d’une balle dans la nuque. C’était un résistant de la compagnie Fred Scamaroni.

 « Son nom restera célèbre dans l’histoire de Troarn », écrit l’abbé Levasseur, curé-doyen de Troarn, dans le numéro 4 du Troarnais , bulletin paroissial d’avril 1945. De fait, le 19 août 1945, pour le premier anniversaire de la libération de Troarn, la commune donne son nom à la place du marché qui devient « Place Paul Quellec, héros de la Résistance ».

 Né le 14 février 1913 à Lézardrieux (Côtes d'Armor) de Jean Marie QUELLEC et de Marie LE BERRE

Epoux de Joséphine LE HOUEROU, le 3 novembre 1936 à Trédarzec (Côtes d'Armor) - 4 enfants

 Notice d'André Gérault, Président de l'association du patrimoine troarnais et burois

 

Rue Marthe Gibrat au Mesnil de Bures

 

Madame Marie, Madeleine, Louise, Marthe Dumalle est née à Vendômes (Loir et Cher), le 26 novembre 1884, de Pierre Dumalle et de Marie Dumalle, Veuve de Paul Gibrat. Elle est décédée à Bures, le 16 avril 1956.

Ils sont tous deux inhumés au cimetière de Bures sur Dives.

 Responsable de la Croix-Rouge Française, pour la région de Troarn, Mme Gibrat va être à l’origine de la création des équipes d’urgences, elle organise des cours de brancardage et d’initiation aux premiers soins.

 Notice d'André Gérault