La bataille de la Dives - Livres


Du Jour J à notre Libération, les témoins racontent

Parution le 6 juin 2015 - Edité par l'association "Un fleuve pour la liberté, la Dives"

Depuis sa création, en 2013, l’association « Un fleuve pour la liberté, la Dives » a mis en ligne sur son site http://www.ladives1944.com/ de nombreux documents ainsi qu’une centaine de témoignages, écrits ou oraux, recueillis auprès de personnes civiles qui ont vécu la guerre et la Libération.

 

Ces fragments de mémoire concernent un large territoire : vingt-quatre communes situées entre l’Orne et la Dives, du pays de Troarn jusqu’à la mer, dans la zone de combat des troupes de la 6e Division aéroportée britannique.

 

En 2015, à l’occasion du 71e anniversaire du Débarque-ment et de la Bataille de Normandie, ce livre rend la parole aux témoins afin qu’ils nous racontent – à travers des extraits choisis – leur expérience intime de l’occupation, de la guerre et de la libération.

En un mot : notre histoire et celle de nos semblables, vécue et partagée au quotidien, sensible et authentique. Une histoire qui vient du cœur…


Souvenirs de Pierre Dufrane

Parution le 6 juin 2015 - Edité par l'association "Un fleuve pour la liberté, la Dives"

Pierre Dufrane, vétéran belge de la Brigade Piron, a rédigé ses Souvenirs à l’intention de ses enfants et petits-enfants, afin qu’ils con-naissent la nature de son engagement contre l’Allemagne nazie.

Cet engagement, le sergent Dufrane l’a vécu sans réserve, au fil d’un incroyable périple qui l’a conduit, les armes à la main, de sa Belgique natale vers un Stalag, puis – à la suite de son évasion – en France, en Afrique du nord, dans les rangs de la légion étrangère, en Grande-Bretagne, avec les Forces Belges Libres, et enfin, de l’été 1944 à la fin de la guerre, en France à nouveau, dans le chaudron de la bataille de Normandie, avant les combats pour la libération de la Belgique et enfin jusqu’aux Pays-Bas, aux portes de l’Allemagne vaincue.

Son histoire est celle d’un jeune volontaire dont la guerre a fait un vétéran aguerri mais aussi un homme meurtri par la perte de ses camarades, le doute et la tristesse que lui inspire l’indifférence de ses concitoyens. En 2015, à l’occasion du 71e anniversaire du Débarque-ment et de la bataille de Normandie, l’association « Un fleuve pour la liberté, la Dives » (http://www.ladives1944.com/) édite pour la première fois ce livre en français, en hommage aux combattants de la Brigade Piron.


Un fleuve pour la liberté, de Sword Beach à la Dives

Un livre de Vincent Carpentier - Paru le 1er mars 2014 - Editions Orep

Un livre de Vincent Carpentier
Un livre de Vincent Carpentier

Cet ouvrage relate heure par heure et replace dans leur contexte stratégique les événements militaires qui ont constitué le premier front oriental de la bataille de Normandie, depuis les parachutages de la nuit du 5 au 6 juin 1944 jusqu’à la libération des communes de la rive droite de la Dives, les 20 et 21 août. Trois mois entrecoupés de violents combats et d’attentes meurtrières sous les bombes, au cours desquels les troupes britanniques, canadiennes et françaises (les Bérets verts du Commando Kieffer), après avoir touché le sol de Normandie en parachute, en planeur ou en barge de débarquement sur la terrible plage deSword Beach, sont allées au bout de leurs forces et de leur courage, face à un ennemi déterminé à rejeter les « poissons » à la mer. 

Ce front est celui de la vallée de la Dives, c’est le verrou de la bataille de Caen, au cœur du dispositif stratégique du Débarquement. Céder, c’est perdre ce premier appui nécessaire à la percée vers l’est, en direction de la Seine et de Paris. C’est aussi voir l’ennemi encercler les troupes fraîchement débarquées et repousser vers la plage l’armée de la Libération. Paras et commandos doivent donc s’enterrer, tenir coûte que coûte tandis que dans l’ombre et la terreur des raids aériens, les actes de Résistance vont se succéder, de même que les massacres de civils. Les alliés britanniques, belges ou hollandais vont endurer les nuits sous les bombes, la terreur des snipers camouflés dans les arbres, les blessures effroyables causées par les innombrables mines, souvent indétectables, dont les soldats allemands ont truffé la route de la côte… sans oublier cet autre fléau : la nuée de moustiques née des marais de la Dives, qui dévore les visages et bannit toute maigre chance de sommeil.

 

Quelques heures d’enfer pour enlever Pegasus Bridge, débarquer à Riva-Bella, capturer, au corps à corps, la batterie de Merville et la hauteur d’Amfréville qui domine, vers l’est, la rive gauche de la Dives où sont retranchées les sections avancées, dans les bois de Bavent ou au bord des marais inondés par l’ennemi, cimetière de paras égarés. Quelques heures encore pour couper les ponts sur la Dives, afin d’empêcher l’avancée des blindés et de sécuriser l’est de Caen. Puis vient l’attente, sous les tirs de mortier. Longue attente avant que la ville martyre ne soit finalement écrasée sous les bombes, avec ses malheureux habitants. Il faut alors repartir, quitter l’abri très relatif des trous d’homme pour s’en aller relever les ponts à peine détruits, éclairer les sentiers minés, affronter l’eau noire et la vase des marais, marcher toute une nuit, en silence, pour atteindre le pied des collines de la rive droite couvertes par les sentinelles ennemies, puis les emporter au prix d’un assaut d’une extrême violence. La reconquête de la liberté se fait au prix d’un trimestre sanglant, prélude à la chute du nazisme.

 

Dans l’histoire de ce cataclysme, la Bataille de la Dives compose un chapitre particulier, d’une portée stratégique essentielle, que ce livre se propose de raconter à tous, en compilant documents historiques officiels et mémoires de vétérans, en particulier des anciens commandos franco-britanniques qui ont touché les premiers la plage de Sword Beach et dont les sépultures reposent aujourd’hui côte à côte dans le paisible cimetière de Ranville.

 


"Les carnets du jour J avec la 6ème Airborne" 

Cet ouvrage destiné à la jeunesse retrace l'itinéraire d'un soldat de la 6ème Airborne. Il est illustré par des aquarelles inspirées de photographies de l'époque.

Ouvrage édité par l'association "Un fleuve pour la liberté, la Dives"


Vincent Carpentier, archéologue et historien

Vincent Carpentier

 

Archéologue Chargé de Recherche à l’INRAP, Docteur en histoire

Membre du CRAHAM-Centre Michel de Boüard, UMR 6273, CNRS-Université de Caen Basse-Normandie.

 

Quelques ouvrages :

 

Guillaume le Conquérant, le dernier Viking - OREP - 2016

L'archéologie de la seconde guerre mondiale - OREP - 2015

Un fleuve pour la liberté, la Dives - OREP - 2014

Les carnets du jour J - Edité par l'association "Un fleuve pour la liberté" - 2014

Guillaume de Normandie, dessins de  Vincent Ladune  - Editions du Pays d'Auge - 2013

Guillaume le Conquérant et l'estuaire de la Dives - Editions du Pays d'Auge - 2011

L'église de Dives et ses graffiti marins -  Les Cahiers du Temps - 2011

 


D'autres références : site CRAHAM


Claude Doktor

 

Claude Doktor, membre de l'association,  est auteur de plusieurs livres sur l'histoire de l'Occupation dans le Cavados. Ses deux derniers livres, édités à compte d'auteur sont disponibles auprès de l'association.

 

2013 Normandie 1940-1944 Caen et Dives-sur-mer sous l'Occupation

2111 1940-1944 Dives-sur-mer, une ville normande, sa résistance, la répression

2011 Co-auteur de A chacun sa Normandie - Corlet

2009 Criminels nazis et complices 1940-1945, pour quels châtiments - Orep

2004 Les ennemis de l'intérieur dans la France occupée 1940-1945 - L'Harmattan

2000 Le Calvados et Dives-sur-mer sous l'occupation 1940-1944, la répression - Corlet