Juillet 44, un massacre à Saint-Pierre-du-Jonquet


A Saint-Pierre-du-Jonquet, furent découverts, entre septembre et novembre 1944, les cadavres de patriotes fusillés. Le premier fut retrouvé dans le bois début septembre, puis ce furent six nouveaux corps, le 17 septembre dans l’eau boueuse d’un trou de bombe et vingt-et-un autres le 15 novembre 1946.

Une cérémonie est organisée à Saint-Pierre-du-Jonquet depuis 1957 le dimanche qui suit le 11 novembre en mémoire des « 28 hommes, pour la plupart des résistants, qui ont trouvé la mort dans un petit bois du village, une zone interdite par les Allemands. En juillet 1944, probablement le 14, ils ont été lâchement torturés, achevés d'une balle dans la nuque et jetés dans un trou de bombe. » 11 victimes n'ont pas encore été identifiées.

 


Les fusillés de Saint-Pierre-du-Jonquet

  Dans la nuit du 5 au 6 juin les paras britanniques et canadiens qui ont sauté dans les marais entre Dives et Varaville, sont activement recherchés et bien souvent, exécutés par les troupes d’occupation. Malgré tout, des hommes et des femmes risquent le pire en les recueillant et en les aidant à rejoindre leurs lignes.

  

Le 5 juillet 1944, la Gestapo d’Argences opère une grande rafle dans le secteur de Dives, du bas-Cabourg et du marais de Varaville. Hommes et femmes sont brutalement arrêtés, enlevés à leur famille et emmenés vers Pont-l’Évêque et Glanville où les attendent leurs tortionnaires. Certains sont relâchés. Quant aux autres, convaincus de terrorisme, ils sont assassinés quelques jours plus tard dans les bois de Saint-Pierre-du-Jonquet, près d’Argences, en zone interdite, à cause d’un site de lancement de V1 dont la construction ne fut jamais achevée, ils sont ensevelis en secret dans une fosse commune.

 

Leur crime ? 

Avoir recueilli et conduit des paras anglais, sains et saufs, dans une charrette à travers les marais de la Divette, sous le nez de l’occupant. Dans un ouvrage publié en 2011, l’historien caennais Yves Lecouturier a dressé la liste des victimes, encore lacunaire à ce jour faute d’une expertise d’ADN non autorisée par la législation française. Au total, 28 corps ont été exhumés en trois fois, les 17 et 23 septembre 1944 et surtout le 15 novembre 1946, d’une fosse commune située dans un pré de la ferme Pauger, à Rupierre, petit hameau de la commune de Saint-Pierre-du-Jonquet situé au nord-est d’Argences.

 

À ce jour, seuls 17 corps ont été identifiés de manière formelle. Les 11 autres victimes n’ont pas été formellement reconnues ; leurs corps ont été ré-inhumés ensemble sous 11 dalles blanches, au pied de l’église de Saint-Pierre-du-Jonquet.

 

Tous ont été exécutés sommairement et aussitôt enterrés dans un charnier. Deux d’entre eux au moins ont été torturés : l’abbé Leclerc et Adrien Vermughen.

 

Parmi eux, on recense huit habitants de Dives-sur-Mer :

 - Jacques BIMONT, directeur du Centre de jeunesse de Dives ;

 - Yves DIVERRES, et Pierre LE CUNFF, tous deux gendarmes retraités, employés comme gardiens à l’usine de Dives ;

 - Jean KIELICHOWSKI, Stephan KOPCIARA, et Stanislas LUDWICZAK, tous trois ouvriers à l’usine de Dives ;

 - l’abbé Jacques LECLERC, vicaire de Dives, accusé d’avoir caché des parachutistes britanniques dans le clocher de son église 

- Fernand MANNOURY, employé SNCF à la gare de Dives, membre du réseau Zéro-France.

 

              Et aussi deux habitants de Cabourg : DUVAL Maurice et VERMUGHEN Adrien

              Un de Varaville : LEFEVRE Bernard

              Un de Villers-sur-mer : POUCHIN Léon

              Un de Beuvillers : GADY André

              Deux de Colombelles : PASSOT Jean-Marie et SERRE Maurice

              Un de Giberville : ROGER Jean

              Un de Paris : CATHERINE Marcel

 

            Le 22 novembre 1946, les restes de ces huit résistants, lâchement assassinés par la Gestapo, étaient de retour à Dives-sur-Mer, parmi les leurs.

 

                Un monument commémoratif fut inauguré le 15 novembre 1957.

 

 Texte de Vincent Carpentier


Cérémonie lors de l'inauguration du monument de Saint-Pierre du Jonquet

Dimanche 17 novembre 1957


Télécharger
Fusillés divais
Le 8 Divais de Saint-Pierre-du-Jonquet
ST Pierre du Jonquet 8 Divais.pdf
Document Adobe Acrobat 137.7 KB
Télécharger
Articles de presse lors du rapatriement des corps de 8 divais
Le 22 Novembre 1944, les corps de huit divais sont ramenés à Dives-sur-mer pour être enterrés dans le cimetière.
Les articles des journaux ont été transmis par Frédérique Houssemaine
Articles combinés.pdf
Document Adobe Acrobat 3.8 MB
Télécharger
Hommage aux fusilllés de Saint-Pierre-du-Jonquet
Un article de Claude Doktor
Hommage aux fusillés de Saint.pdf
Document Adobe Acrobat 38.6 KB
Télécharger
Bulletin du Souvenir
Publié par la ville de Dives en 2016 à l'occasion du 70ème anniversaire du rapatriement des corps des 8 Divais
Bulletin S t-Pierre.pdf
Document Adobe Acrobat 1.3 MB


Les corps de 8 fusillés ramenés au cimetière de Dives en Novembre 1946

Collection privée Frédérique Houssemaine


Collection Mairie de Saint-Pierre du Jonquet


Cérémonie du souvenir le 27 Novembre 2016 à Dives sur mer